06 octobre 2007

sous_20sol_1_

Les 1er, 2 et 3 juin 2007, L’Espace Lamartine a présenté

« Empreintes corporelles »

Exposition interactive éphémère

de

photographies, chorégraphies,

lectures et sculptures.

Cette exposition a réuni 5 femmes de disciplines et de parcours différents :

une photographe Marie Hélène Maisonnier, une lectrice publique Frédérique Bruyas, deux danseuses chorégraphes, Elise Ricadat et Anne Cécile Grénot et

un sculpteur, Christèle Guérard.

Notre idée est de mettre en commun nos énergies créatrices, notre envie de faire et de dire en créeant des résonances d’une œuvre à l’autre.

Pour vous amener vers des espaces intermédiaires qui ne sont pas toujours tangibles avec l’idée de passages d’un univers à l’autre : du réel à l’irréel, de l’illusion au ressenti, de l’apparence à la transparence.

         Rencontres avec 5 femmes...

le_A_part_1_

Marie Hélène Maisonnier, La photographe

Présentation de 17 photographies

Marie Hélène Maisonnier a pratiqué la médecine pendant plusieurs années à Lyon, associant médecine occidentale et médecine chinoise; en expatriation en 1998, à Lisbonne ou elle continue cette double approche médicale.

Au Brésil, en 2000, l’exercice de la médecine européenne n’étant pas reconnue, elle intègre une école de photographie. Les cours seront poursuivis de retour en France chez Spéos; puis elle entre une maison d’édition (Magellan & Cie) dans laquelle elle participe en tant que photographe et iconographe.

En 2006, elle décide de reprendre la médecine. Parallèlement, elle continue une activité photographique en privilégiant les liens avec la littérature, la musique, la poésie, le cinéma.

La recherche est au centre de son travail:

-Réflexion sur la santé physique et mentale et son approche dans différentes cultures traditionnelles et contemporaines, sur le corps dans toutes ses dimensions physiques, psychiques et spirituelles.

- Recherche sur la représentation du corps dans l’approche photographique : l’homme dans sa danse cosmique : mode figuratif, esquisse, flouté,  travail pour recréer des mondes non tangibles, choix des supports avec une attirance vers les papiers calques ou transparents, « les beaux papiers », la couleur, le noir et le blanc. ...une interrogation sur l’Humain, médiateur entre le monde visible et le monde imaginal, invisible, avec ce désir de revenir sur l’essentiel, ce besoin d’ouverture et de respiration dans le temps et l’espace.

Contact : 06 21 86 39 13/ mhmaisonnier@yahoo.fr  

Frédérique Bruyas, la lectrice

Fr_C3_A9d_C3_A9rique_20Bruyas_1___Petite_

Lecture de textes de Jacques Roubaud, extraits « des mondes de Lewis » 

Frédérique Bruyas conçoit la lecture à voix haute comme un inépuisable champ d’expériences humaines, dont l’objet est la littérature dans sa variété et sa vitalité. Son goût profond pour la parole adressée, une parole à l’écriture singulière et le dénuement de cette parole transmise le livre en main est à l’origine de son engagement artistique. Sa formation initiale de comédienne et de musicienne a développé chez elle une écoute sensible de la matière littéraire.

Son étroite collaboration avec l’auteur, compositeur et metteur en scène Jacques Rebotier a sensiblement influencé la direction de son travail. Pour elle, la voix-instrument doit être au service de l’écriture pour révéler ce qui fait la chair d’une pensée. Dès lors, elle appréhende chaque texte comme une « partition de paroles », quel que soit le répertoire; classique ou contemporain.

Depuis 1998, elle lit au sein de la compagnie de lecteurs public La Voie des Livres créée et dirigée par Marc Roger, pour tous les publics et dans tous les lieux possibles.
Aujourd’hui, elle explore particulièrement le concept de lecture-concert, fruit de rencontres avec des auteurs et des musiciens (Monde muet, poésie-concert sur des textes de Francis Ponge avec les objets sonores de Yuko Hirota, Le chant inquiet des élytres, lecture-concert sur des textes de Nicolas Bouvier avec la violoncelliste Adeline Lecce, Le bal des têtes, récital de poésie-dansée sur des textes de Jacques Rebotier avec le danseur Eric Larrondo, La transe des mots, récital de poésies contemporaines avec le guitariste de jazz Pierrejean Gaucher…)

Elle lit dans de nombreux lieux d’expressions orales, à l’occasion de manifestations culturelles comme Lire en fête, Le Printemps des Poètes ou Les Journées du Patrimoine et dans le cadre de salons du livre et festivals littéraires en France et à l’étranger.
Elle fait également partie de la compagnie d'intervention poétique (Les) Souffleurs et crée avec le musicien Frédéric Wallich le label de création de DVD Ceux-Qui-Pensent-Tout-Seuls dédié aux écritures poétiques singulières comme celles de Gertrude Stein, Joyce Mansour, Emily Dickinson...
En 2004, elle crée la compagnie Escargot Ma Non Troppo pour réaliser des projets originaux alliant sa passion pour la poésie au milieu artistique qui l'entoure
.

Contact : Compagnie Escargot Ma Non Troppau

01 46 28 39 99 • frederique@bruyas.net/www.bruyas.net

  ombres

Les danseuses-chorégraphes 

Performance de la compagnie Bipéde

création et interprétation de deux tableaux

Elise Ricadat a été formée en danse classique et contemporaine en France (technique Limon, Peter Goss, Myriams Byrns, ainsi qu'à l'école Internationale de Théâtre de Jacques Lecoq). Elle quitte la France pour l’Inde en 1995, à 24 ans.

La richesse de cette expérience nourrit aujourd’hui encore sa création. Ce séjour est l’occasion d’observer et pratiquer les danses indiennes, et de les croiser avec le vocabulaire occidental contemporain. Elle participe jusqu’en 1999 à de nombreuses productions sur la scène indienne.

En rentrant, elle fonde la compagnie de danse contemporaine Bipède qui cultive le goût de l’expression par le mouvement, de la théâtralisation, de l’humour et le désir de créer un langage chorégraphique qui n’oublie pas le spectateur.

Outre un travail de création, Elise Ricadat propose une palette d’interventions possibles, utilisant la danse comme médiation. Elle développe ainsi depuis 2001 des interventions auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes, en milieu hospitalier (Oncologie pédiatrique, rééducation fonctionnelle, hôpital de jour pour adolescents en psychiatrie) ou MAS, en crèches familiales et collectives, en écoles et centres aérés sur projets artistiques ou sessions d’éveil corporel au sein de musées proposant une entrée sensorielle et corporelle dans les collections.

Contact : 06 88 78 50 50 • elisericadat@free.fr/www.bipede.net

Anne-Cécile Grenot

Après une première année de formation au Centre Irène Popard à Paris en 1998, Anne-Cécile GRENOT intègre l’école d’Anne-Marie Porras (EPSE Danse) en 1999, puis le Centre Chorégraphique National dirigé par Mathilde Monnier à Montpellier.

Parallèlement, elle rencontre Emeline RIEUX et intègre sa compagnie Bo’Em , dans laquelle elle œuvre en tant qu’interprète et anime divers cours, ateliers et activités pédagogiques durant deux années. C’est notamment cette expérience qui la conduit à vouloir développer une danse axée sur l’expression des émotions et d’une certaine poétique.

Elle souhaite également que la danse puisse permettre de s’inscrire, en tant qu’individu, dans les notions de transmission, de partage et d’échange avec le public. Puis elle danse dans la compagnie Josefa de Rachel Mateis à l’occasion d’une création, puis avec la compagnie Lépadécidé de Bernard Bertolino. Le travail corporel et chorégraphique de Peter Goss l’a ensuite conduit à revenir sur Paris et à y suivre ses enseignements depuis 2003. Elle danse avec la compagnie Bipède depuis 2006.

Contact : 06 63 29 74 58 et 0663297458@imode.fr

IMG_2278__Petite_

Christèle Guérard, le sculpteur

Présentation de 34 sculptures

Christèle Guérard découvre la sculpture en Inde en 1998, à New Delhi ou elle séjourne pendant 4 ans dans une école d’art.

A sa passion de l’Inde s’ajoute alors une dimension à la fois spirituelle et artistique dans laquelle elle fait mes premiers pas à l’épreuve du temps et de la patience.

Après un déménagement au Brésil en 2000, elle confirme son choix et décide de poursuivre sa formation de sculpteur auprès d’un jeune portraitiste carioca. Elle démarre en parallèle le dessin à l’école des Beaux-arts de Rio de Janeiro, sous la direction du maître Gianguildo Bonfanti.

C’est au cours de ses séjours indiens puis brésiliens qu’elle va puiser ses inspirations auquel peu à peu vient s’ajouter le ressenti des choses et des êtres.

De retour en France en 2004, elle intègre l’atelier du sculpteur peintre brésilien Jaildo Marinho de l’Adac de Paris. Son travail devient alors plus introspectif, se rapprochant de l’essentiel. C’est le début de sa recherche autour des empreintes corporelles. L’arbre et son écorce donnent vie à des personnages verticaux, faits d’argile estampée. De profil, leurs silhouettes sont comme des esquisses auxquelles elle donne seulement une énergie directionnelle pour s’élever vers d’autres espaces.

Les empreintes corporelles, soumises à tous les vents restent flexibles et résistantes comme des roseaux. Elles évoquent aussi une idée de passage d’un monde à un autre... et cette trace que l’on laisse dans la mémoire des gens qui nous entourent et que l’on aime, images diaphanes souvent incomplètes.

Contact : 0676209293/guerardrio@yahoo.fr /www.artactif.com/cguerard

Vous trouverez dans les albums photos, les catalogues des photographies

et de sculptures présentés lors de l'exposition, ainsi que les textes qui y ont été lus.

Un portrait de chaque artiste est présenté dans les membres de l'espacelamartine9

avec un lien vers leur site. 

Posté par espacelamartine9 à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les 1er, 2 et 3 juin 2007, L’Espace Lamartine a

Nouveau commentaire